ALS#1

tirages, 40,5 cm x 30,5 cm, acrylique sur spatule acier
2016

à propos de ALS#1 ...


A L S pour abstract landscape spirit

Peintures uniques et éphémères qui n'eurent d'autre existence que celle, entre deux tableaux, du temps que ma spatule se charge de traces et de couleurs durant la création de la série des sous-bois.

Mille fois essuyé et mille fois gratté, l'acier usé et sali de mon outil devient palette, se transforme en tableau,
paysages qui s'inventent sans y prendre garde.

Une autre expression à surgit.
Sur un regard machinal, une prise de conscience.
Voilà ce que je cherche !

Fond gris, fond noirci,
constellé de nuances colorées qui lui donnent une profondeur d'univers,
support d'un développement spectaculaire,
un monde informel et comme météorique traverse le champ de ma conscience.

Comme un rêve à l'aube de l'éveil,
qui se développe, prend forme et s'évanoui dans l'obscurité du sommeil.



ALS#2

40,5 cm x 30,5 cm, acrylique sur papier
2016

à propos de ALS#2 ...


A L S pour abstract landscape spirit

Nature réinventée, nature imaginée, la représentation picturale évolue.

L'abstraction cherche une nouvelle direction. Une intention gestuelle répétée,
Une marque personnelle
Plusieurs couches, superposent les couleurs. La transparence vient d'une autre technique, les lointains s'évaporent.

La perspective perd de son horizon. Il y a un premier plan et il y a un fond.
Avec ses deux éléments il faut une troisième dimension.
Cela demande plus de temps et plus de réflexion.

L'esprit du paysage ce sont les oppositions. L'épais et le plat, le rugueux et le lisse, le flou et le net y prennent place.
Les masses colorées s'y affrontent.

Les gestes sont multiples. Mouvements indépendants.
Mouvements de l'air, mouvements du vent.
Mouvements du regard qui passe.

Le végétal est toujours là, réduit, expression symbolique.



ALS#3

65 cm x 54 cm, acrylique sur toile
2016

à propos de ALS#3 ...


Transposition et continuum.

Sur le fond noir d'infini la lumière s’interpose en vibrations et en volutes.

La peinture se transforme en paysages fugaces, jaillissants en mouvements d’un éclair de couleur.

Le bleu d'un ciel qui resurgit comme pour quitter la zone d'influence de cette planète noire, comme pour prendre une nouvelle hyperbolique trajectoire.

Explosion du soleil dans l’atmosphère fondu de blanc.
Pureté matinale, cæruleum PB35